FR | EN

photo bandeau

La recherche

© ENSAG - tous droits réservés

© ENSAG - tous droits réservés

DERNIÈRE MISE À JOUR LE : 29/11/2018

Le potentiel de recherche

Depuis le début des années 80, l'ENSAG est engagée dans la recherche architecturale et urbaine et constitue aujourd'hui un des pôles de Recherche les plus importants au sein des écoles d'architecture.

L'ENSAG compte quatre unités de Recherche évaluées en janvier 2010 par l'AERES :

Le CRESSON

Le CRESSON (centre de recherche sur l'espace sonore et l'environnement urbain) est une équipe de recherche architecturale et urbaine, fondée en 1979, à l'École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

À l'origine centré sur l'espace sonore, le CRESSON a fondé sa culture de recherche sur une approche sensible et située des espaces habités. Ces recherches s'appuient sur des méthodes pluridisciplinaires originales, à la croisée de l'architecture, des sciences humaines et sociales et des sciences pour l'ingénieur. À partir des années 90, tout en poursuivant les travaux sur la dimension sonore, ses investigations s'élargissent aux multiples dimensions de la perception in situ de l'expérience urbaine. Sont ainsi abordés les phénomènes lumineux, sonores, thermiques, olfactifs, tactiles et kinesthésiques, et leurs rapports aux pratiques ordinaires et professionnelles, posant alors les bases de la recherche sur les ambiances architecturales & urbaines. À travers ses travaux, le CRESSON met en œuvre des recherches et des expérimentations qui interrogent les processus de conception architecturale et urbaine à toutes ses échelles (dispositif, architecture, espace urbain, paysage, territoire). Dans la continuité de ces préoccupations, les travaux questionnent aujourd'hui les enjeux sociaux, écologiques, esthétiques, numériques et politiques des ambiances.

Le CRESSON est une des deux équipes du laboratoire Ambiances, Architectures, Urbanités (AAU) qui est une Unité Mixte de Recherche du CNRS associant les Écoles Nationales Supérieures d'Architecture de Grenoble et de Nantes et l'École Centrale de Nantes.

Depuis sa création, le laboratoire AAU se développe de manière fortement interdisciplinaire, tant par sa composition (architectes, sociologues, informaticiens, anthropologues, urbanistes, géographes, physiciens, historiens, philosophes), que par les problématiques et enjeux auxquels il répond (architecture, environnement, ville), et par les outils qu'il conçoit et met en œuvre (méthodologies d'enquêtes in situ, modélisation et simulation des phénomènes d'ambiances, réalité virtuelle, etc.).

Le CRESSON est membre fondateur du Réseau International Ambiances (www.ambiances.net)

L'unité de recherche AE&CC

L'unité de recherche AE&CC a été créée en 2011 par le rapprochement des laboratoires CRAterre et Cultures constructives (initialement "Dessin-Chantier"), créés à la fin des années 1970 (respectivement en 1979 et 1978). Les premiers résultats, mais aussi l'ambition et l'originalité du projet scientifique d'AE&CC lui ont valu d'obtenir le statut de Labex (laboratoire d'excellence) et ainsi de faire partie des 20 projets phares de l'IDEX Université Grenoble Alpes. Le champ scientifique de l'unité de recherche est l'architecture appréhendée au prisme des "cultures constructives" et selon trois thèmes de recherche : Patrimoine, Matériaux et Habitat. Le projet scientifique de l'unité de recherche aborde la question centrale de la soutenabilité des établissements humains à l'échelle du territoire selon trois positionnements forts.

Le premier est celui d'une architecture située basée sur le développement économique, social et culturel local. A l'opposé de la vision moderniste d'une architecture "internationale" identique d'un bout à l'autre de la planète, notre approche privilégie la diversité en relation avec le contexte dans lequel elle se développe. L'architecture émerge du lieu, du territoire et de la culture des hommes qui l'habitent. Cette approche refuse cependant tout passéisme qui consiste à ne valider comme local que le traditionnel. Il s'agit bien de synthétiser, à chaque époque, les caractéristiques spatiales, paysagères, matérielles et culturelles d'un territoire spécifique. L'objectif est d'être capable de projeter l'à-venir en pleine connaissance des cultures constructives locales qui constituent un ensemble de ressources pouvant être réactualisées et mobilisées. En ce sens, la conservation et la gestion des patrimoines architecturaux sont aussi abordées comme un levier du développement local.

Le deuxième est celui du développement de cette architecture située dans un esprit d'économie entendu dans son sens étymologique grec (oikonomos) qui renvoie à "la bonne gestion de la maison" – en l'occurrence celle de chaque homme, mais aussi celle de la maison commune, notre planète. L'objectif affiché est de systématiquement chercher à concevoir des architectures capables de faire, dans tous les secteurs de la conception, "le mieux avec le moins", et notamment le plus d'impact spatial et social avec le moins de matière et d'énergie possible. L'objectif sociétal qui motive cette approche est bien sûr celui de contribuer à améliorer l'accès à un habitat durable et de qualité pour le plus grand nombre.

Le troisième est celui du développement de cette architecture située et économique avec un esprit pragmatique. Dans le domaine encore parfois subjectif du développement durable qui convoque autant les anticipations éclairées que les peurs ancestrales et leur lot de fantasmes apocalyptiques, l'approche scientifique raisonnée nourrie des cultures constructives locales reste une plateforme solide qui force l'esprit à s'appuyer sur des données objectives, tout en identifiant les jeux d'acteurs et les conflits d'intérêts qui sont à l'œuvre dans le domaine de la production de l'habitat.

Le laboratoire les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires (MHA-evt)

Le laboratoire les Métiers de l'Histoire de l'Architecture, édifices-villes-territoires (MHA-evt) envisage l'histoire de l'architecture tout autant comme savoir constitué sur l'architecture que comme méthode, processus de formation d'une pensée de l'architecture et, par là même, d'un regard critique qui sait voir. Le laboratoire a fait sienne une histoire questionnant les formes spatiales en même temps que les idées et/ou idéaux dont elles découlent et qu'elles illustrent, ce afin d'être à même de concevoir leur devenir.

De ce fait, l'histoire de l'architecture pratiquée par les MHAevt s'entend comme mode d'interrogation des diverses traditions et cultures architecturales à l'œuvre à l'échelle de l'édifice, de la ville, et du territoire. Elle ne se résume donc pas à l'étude de l'architecture dite savante, et se refuse de considérer l'objet architectural comme sujet isolé. Toute architecture est située et s'inscrit dans un contexte – spatial, temporel, social, économique, politique, culturel – à l'origine de logiques et cultures locales qui sont à décoder, au même titre que les langages savants. Outre l'analyse de l'architecture comme construction matérielle, le laboratoire attache également une importance particulière à la pensée qui la fonde, à la production intellectuelle qui lui est liée, aux discours et débats qui lui sont associés, de même qu'aux outils – intellectuels comme pratiques – mobilisés pour son élaboration et explicitation.

L'équipe Architecture, Paysage, Montagne (APM)

L'équipe Architecture, Paysage, Montagne (APM) se concentre sur :

Mots clés : construction / infrastructures / montagne / paysage / paysages transfrontaliers / savoir-faire

Thèmes de recherche : Les recherches de l'équipe, engagées depuis plusieurs années, portent pour l'essentiel sur deux thèmes :

Contact :

Hélène Casalta
recherche, partenariats, développement

Liens utiles :

Agence Nationale de la Recherche

Ecole Doctorale SHPT

AERES : liste de revues SHS