Sélectionner une page

COVID 19
Adapter le fonctionnement de l’établissement

En application des consignes nationales visant à limiter la propagation de l’épidémie parmi la population, les cours du second semestre sont dispensés en distanciel à l’exception de l’enseignement du “projet” et de certains TD de première année de licence, de façon respecter la limite de 20% des effectifs étudiants présents simultanément dans le bâtiment.

lire plus

ADMISSIONS
Futurs candidats

Les conditions sanitaires ne nous permettant pas de vous accueillir au sein de notre école en mode « portes ouvertes », nous avons regroupé ici un maximum d’informations pour répondre à vos questions et vous éclairer dans vos choix d’orientation. L’ENSAG et les études d’architecture sont accessibles à toute personne disposant d’un bac, quelle que soit sa fillière. Alors venez comme vous êtes !

lire plus

L’École dans son environnement

Initialement construite en 1976 par Roland Simounet et Michel Charmont, l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Grenoble à fait l’objet d’une extension/restructuration à partir de 1998, confiée à l’équipe lauréate Antoine Félix-Faure – Philippe Macary – Dominique Page.

Implantée dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble, elle bénéficie d’une situation exceptionnelle au cœur des montagnes et au confluent de trois vallées, atout tant géographique qu’économique dont savent profiter le monde de l’entreprise aussi bien que le monde universitaire.

Ville olympique (1968), Grenoble a connu son premier bond en avant dans les années 20 avec le développement de la houille blanche. Depuis la ville n’a cessé d’entretenir et de développer sa vocation de pôle d’excellence en matière de recherche et d’industrie de pointe. Premier pôle français de recherche après Paris, Grenoble constitue un véritable laboratoire. L’Ecole est en phase avec sa ville et la Région Rhône-Alpes pour promouvoir l’innovation.

Carrefour scientifique européen, Grenoble est aussi un centre universitaire très important en accueillant plus de 60 000 étudiants. Elle est l’une des six villes retenues dans le cadre de l’opération Campus pour bénéficier de ce grand chantier national de modernisation des universités françaises.

 

©Grenoble-Alpes Métropole, Lucas Frangella

Roland Simounet

Roland Simounet est né le 31 août 1927 à Guyotville, près d’Alger.

Après des études d’architecture à Alger puis à Paris, à l’Ecole nationale des Beaux-Arts, Roland Simounet (1927-1996) commence à construire dès 1951. La même année, il est membre du groupe CIAM-Alger animé par Pierre-André Emery, Jean de Maisonseul, Louis Miquel et Jean-Pierre Faure, et mène une enquête dans le bidonville de Mahieddine à Alger. En 1952, il crée un bureau à Alger.

En 1954, il est conseiller technique pour l’habitat à l’Agence du plan de la Ville d’Alger. Parallèlement, il poursuit ses recherches sur la résorption des bidonvilles, le « plus grand nombre » et l’utilisation des terrains à forte pente. De nombreuses applications se suivent jusqu’à la réalisation, en 1956-1958, de la cité de Djenan-el-Hasan, projet qui combine l’architecture vernaculaire à un vocabulaire moderne de tendance corbuséenne tout en étant une démonstration exceptionnelle de l’adaptation d’un programme à un site.

En 1960, il est appelé à Paris pour étudier un ensemble de 700 logements pour les plus démunis à Noisy-le-Grand. En 1961, il rencontre Le Corbusier puis Jean Prouvé. En 1962, il est en mission au Venezuela pour le plan directeur de Valencia et propose des solutions pour la résorption des barrios ; en Haute-Volta, où il réalise, en terre stabilisée, deux monastères ; puis à Tananarive pour reconnaître le site de la future université.

En 1963, il crée un bureau à Paris d’où il réalise la résidence universitaire de Madagascar à Tananarive en 1962-1970 ; 200 classes primaires et deux lycées au Sahara en 1963-1968; la résidence de l’ambassade de France à Alger en 1964; de nombreux logements dans la région parisienne et en Alsace. En 1968, il étudie la bibliothèque des Halles sur le site du futur Centre Pompidou. En 1969-1971, il réalise un ensemble de maisons en Corse qui, par leur simplicité et leur rigueur, le font comme redécouvrir en France et saluer dans le monde entier.

En 1970-1973, il convertit le palais abbatial de Saint-Germain-des-Prés en locaux universitaires. Logements à Cergy et Evry, Ecole d’architecture de Grenoble (1973-1978), grande demeure près de Toulon, rénovation de l’îlot 1 de Saint-Denis basilique, étude du musée d’Art islamique du Caire, logements dans la région parisienne et restructuration du carrefour Pleyel à Saint-Denis alternent avec la réalisation du musée de la Préhistoire d’Ile-de-France, à Nemours, en 1976-1980, du Musée d’art moderne du Nord à Villeneuve d’Ascq en 1979-1983, et du musée Picasso à Paris en 1976-1985. Ces programmes culturels lui permettent d’atteindre une reconnaissance internationale. En 1984, il entreprend l’étude pour la restructuration du carrefour Pleyel à Saint-Denis, qui se prolongera jusqu’en 1995.

Importantes études architecturales pour l’aménagement des abords du Mont-Saint-Michel, concours pour le palais des congrès d’Agadir ; étude pour le Fort Saint-Jean à Marseille ; immeubles de logements à Rennes ; logements sociaux au carrefour Pleyel à Saint-Denis ; étude pour l’Ile des musées à Berlin et ensembles de logements à Paris et à Nancy… sa dernière réalisation, l’immeuble de logements pour la ville de Paris dans le XVe arrondissement, est achevée en 1998, Roland Simounet a participé à de nombreuses constructions et à de nombreuses expositions à travers le monde : Paris, Le Caire, Rome, Lisbonne, Tunis, et a reçu de nombreux prix comme l’Equerre d’argent en 1982 et le Grand prix national d’architecture en 1997.