Sélectionner une page

© Quentin Chansavang 2019

DÉBATS DE L’AMÉNAGEMENT
Étudiantes et étudiants interrogent des acteurs du territoire sur les grands enjeux contemporains.

Le nouveau cycle des Débats de l’aménagement propose, autour d’invités spécialistes, professionnels, élus et/ou chercheurs, des échanges contradictoires mais constructifs, des angles de vue différents sur quelques grands enjeux contemporains qui font et défont les territoires.

lire plus

JNA
Des étudiantes partagent leur savoir aux Journées nationales de l’architecture

Chaque année, un mois après les Journées europééennes du patrimoine, le ministère de la Culture et l’ensemble des acteurs de l’architecture proposent des manifestations destinées au grand public pour échanger et partager autour de notre discipline. Cette année, les Journées nationales de l’architecture (JNA) se dérouleront du vendredi 15 au dimanche 17 octobre partout en France.

lire plus

GRADUATE SCHOOL UGA
Les inscriptions au programme MetroFabLab sont ouvertes

MetroFabLab ou Fabriques métropolitaines est un des quinze programmes thématiques de formation à la recherche portés par la Graduate School de l’Université Grenoble Alpes (UGA). Son ambition est de former des chercheurs et des cadres sensibles aux défis futurs en matière d’architecture, d’urbanisme et de conception des politiques publiques.

lire plus

Vidéos des soutenances de PFE 2020

Revivez en vidéos les soutenances de PFE qui se sont déroulées du 6 au 16 juillet et du 28 septembre au 2 octobre. L'accès à ces vidéos est restreint aux membres de l'ENSAG. Identifiez-vous avec votre adresse mail ENSAG. Accéder aux vidéos

lire plus

Diplôme d’Études En Architecture (DEEA)

L’enseignement du projet en cycle licence

En premier cycle, l’enseignement du projet est organisé dans sa progressivité, semestre par semestre, et dans les transversalités mises en place, pour transmettre de manière équivalente à tous les étudiants les acquis fondamentaux répondant aux objectifs du cycle licence définis par l’arrêté du 20 juillet 2005, à savoir :

« Le premier cycle des études d’architecture conduit au diplôme d’études en architecture. Il doit permettre à l’étudiant d’acquérir les bases :

  • d’une culture architecturale ;
  • de la compréhension et de la pratique du projet architectural par la connaissance et l’expérimentation des concepts, méthodes et savoirs fondamentaux qui s’y rapportent ;
  • des processus de conception dans leurs rapports à divers contextes et échelles et en référence à des usages, des techniques et des temporalités, dans un cadre pédagogique explicite.

Il lui permet également, grâce à l’évaluation de ses aptitudes, de s’orienter vers d’autres formations d’enseignement supérieur, dans le respect des conditions particulières d’accès à ces formations. »

L’ENSAG tient à apporter à tous les étudiants, depuis la première année, quels que soient leurs cursus antérieurs et quelles que doivent être leurs spécialisations futures, les notions fondamentales nécessaires à la conception architecturale. Par ailleurs, en fin du cycle licence, chaque étudiant doit avoir acquis un niveau de maturité qui lui permette de faire un choix argumenté et assumé parmi les thématiques proposées en cycle master, voire de changer d’orientation.

La 1ère année est complètement transversale, de même que la 2ème année organisée en deux groupes distincts fonctionnant selon une alternance semestrielle, enfin la 3ème année est organisée en six groupes qui proposent des approches spécifiques sur des thématiques communes, avec l’organisation de moments de débats. Ce parcours du cycle licence favorise une progression continue intégrant de plus en plus d’exigences dans la maîtrise du projet architectural et prépare les étudiants à construire un positionnement personnel.

En première année, les deux semestres sont organisés de façon à offrir le même enseignement à l’ensemble de la promotion. Tous les étudiants suivent l’enseignement proposé par deux équipes, en alternance. L’une est axée sur une « approche spatiale », avec pour objectif d’aborder l’architecture par le projet envisagé comme action volontaire et raisonnée de transformation de l’espace. Le dessin est l’outil privilégié d’appréhension, expérimentation et interprétation du monde sensible en vue de le transformer. L’autre équipe propose une « approche constructive » avec un enseignement conçu comme une succession d’expériences où l’expérimentation, l’approche historique, l’analyse de bâtiments, la découverte des matériaux, de la structure sont autant d’éléments destinés à faire réagir les étudiants, qui doivent aussi bien faire appel à des connaissances théoriques et pratiques qu’à leur intuition. De cette confrontation est attendu le déclenchement d’un processus de cristallisation qui favorise l’émergence d’une imagination constructive et d’une créativité architecturale.

En deuxième année, les étudiants suivent successivement l’enseignement de projet des deux équipes d’enseignants qui encadrent chaque semestre une moitié de la promotion, puis l’autre. A la suite d’une 1ère année qui développe une dynamique d’exercices courts et ciblés, la 2ème année propose des exercices et des apports d’éléments théoriques organisés de façon à introduire la complexité de façon progressive. Les approches pédagogiques des deux équipes sont distinctes, mais elles fonctionnent de manière collégiale pour assurer l’homogénéité des acquis fondamentaux.

En troisième année, pour chacun des deux semestres, les étudiants choisissent entre six équipes d’enseignants qui encadrent chacune environ 25 étudiants. La transversalité est assurée par une thématique de travail commune aux six équipes, chaque semestre : la dimension urbaine du projet architectural au 1er semestre, la dimension constructive du projet architectural au 2ème semestre. La cohérence d’ensemble de chaque semestre est assurée par un coordinateur. Un ensemble de cours théoriques, commun aux six groupes, est pris en charge successivement par les enseignants des différents studios. A la fin du 1er et du 2ème semestre, chaque studio tient son propre jury, mais une journée d’échanges entre studios est organisée : exposition de tous les travaux, présentation des projets les plus représentatifs de la démarche de chaque équipe et débat sur les différentes approches proposées.

Les enseignements des autres champs disciplinaires

Ces enseignements sont organisés dans une logique verticale et une logique horizontale de croisement avec l’enseignement du projet, semestre par semestre.

Les enseignements des sciences de la construction

Ces cours magistraux, TD et expérimentations, aident les étudiants à acquérir une compréhension globale des éléments fondamentaux de la construction, de la maîtrise des ambiances et du développement durable. Ils transmettent les bases scientifiques, les principes, les notions, les ordres de grandeurs indispensables pour aborder les sciences applicables à la construction. Des articulations avec les enseignements du projet sont mises en place.

Les enseignements « Ville et territoires »

L’enjeu principal de ces enseignements est de contribuer à une prise de conscience par les futurs architectes des enjeux réels de toute intervention architecturale et des temporalités dans lesquelles elle s’inscrit. Comme mode de penser et d’agir sur l’environnement, l’architecture n’a pas d’échelle privilégiée. Parmi ces derniers, l’histoire et l’analyse fournissent le substrat indispensable à tout projet ; nulle part mieux que dans la ville ne peut s’appréhender l’indissociabilité du rapport analyse/projet. Un projet ne s’intègre pas à un environnement ; il le transforme et, ce faisant, il s’inscrit dans la longue histoire des modifications qui l’ont précédé et de celles qui le suivront.

Les enseignements en histoire

Ils traitent de l’histoire de l’architecture, dans ses dimensions constructives et urbaines, ainsi que de l’histoire de l’art. Ils sont organisés selon des approches thématiques et une complexité croissante, en tenant compte également de la chronologie. Ils ont pour principal objectif d’amener les étudiants à acquérir une culture qui leur permette de se forger un regard critique et cultivé, à construire leur propre culture, à se positionner quant aux problématiques et enjeux actuels de l’architecture dans ses dimensions d’édifice, de ville et de territoire.

Les enseignements en sciences humaines et sociales pour l’architecture

Ils ont pour objectif essentiel de faire comprendre aux étudiants que toute œuvre architecturale est porteuse de sens, configure le rapport de l’homme au monde et à ses semblables, invente et donne forme à des manières d’être et de vivre ensemble. Ils attirent leur attention sur les effets individuels et sociaux de tout projet architectural ou urbain et visent à favoriser une réflexion critique pour leur permettre de concevoir de manière lucide et responsable.

Les enseignements en arts et techniques de la représentation

L’enseignement de la représentation, dans une école d’architecture, est une question fondamentale. Elle est une partie intégrante de l’activité de conception architecturale (il n’y a pas de conception sans représentation). Elle est aussi nécessaire pour tout travail de communication du projet architectural. Ainsi, la représentation, qu’elle soit numérique ou manuelle, a un statut double. Elle est, à la fois, la garante d’une bonne traduction de la pensée de l’architecte et un tremplin pour lui permettre d’aller au-delà de ce qu’il est capable d’imaginer : c’est une projection dynamique de la pensée.

L’enseignement des langues

L’importance de cet enseignement est évidente, non seulement pour la mobilité étudiante (année ou stage à l’étranger), mais surtout pour préparer les étudiants à la communication professionnelle internationale. Avec le « parcours langues » il s’agit, en 1ère année, de marquer une rupture avec les cours de lycée en encourageant les étudiants à devenir plus actifs dans leur apprentissage grâce aux séances obligatoires en centre de langues. Les cours de langues obligatoires en 2ème et 3ème année ont une orientation générale pragmatique fondée sur la communication orale et la présentation d’objets et d’idées, articulée avec l’étude plus détaillée de textes-clefs en langue originale.

Le rapport d’études

La préparation du rapport d’études fait l’objet d’un cours de méthodologie, essentiel pour que les étudiants aient une bonne compréhension des enjeux de cet exercice ainsi que des exigences de clarté et de rigueur de tout travail d’expression écrite. Les rapports d’études sont principalement encadrés par les équipes d’enseignants des studios d’architecture de 3ème année. Ils sont utilisés comme un élément d’orientation des étudiants en fin de licence vers une thématique de master qui correspond à leur projet de formation.

Les stages

Les étudiants effectuent deux stages : un stage « découverte des métiers du bâtiment » en fin de 1ère année et un stage de première pratique, en 2ème ou 3ème année, permettant d’appréhender la diversité des pratiques professionnelles de l’architecture.

La mobilité étudiante

Les étudiants sont encouragés à partir un semestre ou une année à l’étranger soit en 3ème année de licence soit en 1ère année de master, dans le cadre des conventions d’échanges signées par l’école.

Parcours intégré en architecture, urbanisme et études politiques (AUEP)

Le parcours AUEP est une formation portée conjointement par trois établissements composantes de l’Université Grenoble Alpes : l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble, l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine et Sciences Po Grenoble.
Cette formation propose l’acquisition de compétences conjointes en architecture, urbanisme et sciences politiques conduisant à une triple diplomation de niveau master (pour les étudiantes et étudiants ayant suivi l’ensemble de la formation AUEP en Licence et en Master) : diplôme d’Etat d’architecte, master en urbanisme et aménagement, et diplôme de sciences politiques.

Objectifs de la formation

Le parcours AUEP s’inscrit dans un contexte général de mutations des professions de l’architecture, de l’urbanisme et de l’aménagement :

  • inscription du bâti dans un environnement dans lequel l’interaction des facteurs physiques, environnementaux, sociaux, économiques et politiques est de plus en plus complexe ;
  • évolution constante des politiques publiques territoriales et de leurs dispositifs d’action ;
  • croissante “entrepreneurialisation” des acteurs publics et privés de l’urbain ;
  • nécessité d’une meilleure interaction et d’une plus grande transversalité entre maîtrises d’usage, maîtrises d’œuvre et maîtrises d’ouvrage…

AUEP aborde de manière centrale les mécanismes et logiques de la production contemporaine des territoires, ses acteurs et ses enjeux. L’objectif est de préparer les étudiants à se situer et agir dans le cadre d’un développement néolibéral des villes, afin de mieux en cerner ses possibles alternatives. Il s’agit de former de futurs professionnels aux formes de sobriété et de respect du vivant qui s’imposent, ainsi qu’au développement de la “biodiversité des acteurs de la ville” qui s’invente.
Le parcours AUEP propose des cadres d’analyse, ainsi que des approches conceptuelles, juridiques et méthodologiques adéquates pour comprendre les dynamiques en cours et accompagner les actions qui leur sont relatives. Les enseignements proposés s’appuient sur une posture résolument interdisciplinaire, au croisement des « arts de la conception » ou « sciences du projet », et des sciences sociales. Ils se fondent sur des partenariats forts avec les laboratoires de recherche locaux (UMR AAU/équipe CRESSON, UMR PACTE, AE&CC, MHA), ainsi qu’avec des laboratoires au niveau national et international.

La formation permettra aux étudiants :

  • d’appréhender de manière fine les cadres et processus de production des territoires habités et leurs enjeux actuels et futur;
  • de maîtriser des approches conceptuelles et méthodologiques relatives à la production des territoires et de leurs acteurs, permettant leur compréhension et l’action potentielle en leur sein ;
  • de structurer une pensée et une mise en pratique du projet (non essentiellement centré sur la conception et/ou le design) à des échelles multiples (de la région au quartier jusqu’à l’îlot ou l’édifice) ;
  • d’élaborer des capacités d’analyse stratégiques, une aptitude à agir dans un système de gouvernance et de décisions complexes ;
  • de développer une pensée critique et éthique des pratiques, opérationnelles et scientifiques, concernées.

Débouchés professionnels

Les compétences qu’apporte AUEP répondent aux besoins de plus en plus souvent exprimés d’une formation des (futurs) professionnels à l’ensemble du processus de production des milieux de vie, dans un double objectif : garantir la qualité de ce dernier et faciliter les échanges entre ses multiples acteurs.
Se positionnant dans une logique alternative à la sectorisation des tâches, des rôles et des métiers du secteur, les professionnels issus de la formation AUEP seront aptes à s’adapter à des mondes professionnels variés.

A titre indicatif, les débouchés professionnels sont :

  • Au sein d’organisations diverses : collectivités locales et services de l’État, bureaux d’études, cabinets de consultants, établissements d’aménagement, sociétés de développement immobilier, agences d’urbanisme, bailleurs sociaux, associations, organismes de protection sociale, etc.
  • Dans un large éventail de domaines : Élaboration et mise en œuvre des politiques publiques, maîtrises d’œuvre et maîtrises d’ouvrage (en architecture, aménagement, planification et urbanisme), etc.

La formation AUEP est aussi particulièrement adaptée aux étudiant.e.s souhaitant s’engager dans la recherche.

AUEP en Licence
Organisation et modalités d’admission pour l’année 2022-2023

Le parcours AUEP en Licence intègre, en 4 années, le cycle du Bachelor de Sciences Po Grenoble, Université Grenoble Alpes et le cycle conduisant au diplôme d’études en architecture valant grade de Licence de l’ENSAG – UGA.
Il est structuré de la façon suivante :

  • Année 1 : L1 ENSAG – UGA ou L1 Science Po Grenoble – UGA
  • Année 2 : L1 Science Po Grenoble – UGA ou L1 ENSAG – UGA
  • Année 3 : L2 ENSAG – UGA et L3 Science Po Grenoble – UGA intégrées
  • Année 4 : mobilité internationale obligatoire

L’accès au cursus concerne les étudiants inscrits en L1 à Sciences Po Grenoble – UGA ou à l’ENSAG – UGA : à l’issue de la L1 validée dans l’un ou l’autre de ces établissements les candidats à l’inscription au parcours AUEP sont sélectionnés sur la base d’un dossier de candidature pour l’admissibilité et d’un entretien oral pour l’admission.
En licence le parcours intégré débutera lors de l’année universitaire 2022-2023, avec une sélection préalable début 2022.

Admission

L’admissibilité est établie sur la base d’un dossier de candidature (disponible à partir de janvier 2022). La candidature comprend notamment le relevé de notes du premier semestre de L1 à Sciences Po Grenoble – UGA ou à l’ENSAG – UGA, une lettre de motivation, un avis de la responsable du cours spécialisé sur la candidature (lorsque ce cours a été suivi à Sciences Po Grenoble – UGA). Les dossiers de candidature sont examinés par une commission composée des directrices de Sciences Po Grenoble – UGA et de l’ENSAG – UGA ou de leurs représentants, ainsi que d’un enseignant au moins par établissement.

Les candidats déclarés admissibles par Sciences Po Grenoble – UGA et l’ENSAG – UGA sont entendus lors d’un entretien devant un jury composé des directrices ded deux établissements composantes ou de leurs représentants, ainsi que d’un enseignant au moins par établissement composante. Le jury détermine les candidats qu’il prononce admis dans le parcours AUEP à l’issue des entretiens. L’admission définitive est conditionnée à la validation de la première année de Licence effectuée à Sciences Po Grenoble – UGA ou à l’ENSAG – UGA.

Le parcours intégré donne lieu en Licence à une double inscription à l’ENSAG – UGA et à Sciences Po Grenoble – UGA. Le montant des droits d’inscriptions est celui fixé pour l’inscription au cycle Bachelor à Sciences Po Grenoble – UGA et donne lieu à une exonération à l’ENSAG – UGA dans le cadre d’une convention entre les deux établissements.

Le parcours compte 20 places en Licence.

Diplomation

Le cycle conduit à la délivrance du diplôme d’études en architecture (DEEA valant grade de Licence) dans les conditions habituelles de ce diplôme et permet une inscription de droit dans le parcours AUEP en master.

Contacts :

Licence 1 :
Anne-Lyse Rousseau
04 76 69 84 66

Licence 2 :
Marie-Thérèse Galindo
04 76 69 83 83

Licence 3 :
Marie-Thérèse Galindo
04 76 69 83 83